Ces démons aux visages d’anges

      Aucun commentaire sur Ces démons aux visages d’anges

Aujourd’hui c’est la journée nationale contre le harcèlement à l’école. Et oui, les enfants, ces êtres aux visages d’anges peuvent être cruels entre eux, j’en ai fait l’amer expérience.

harcèlement2

Je ne sais plus trop quand cela a commencé, mais dans mes souvenirs j’ai toujours été moquée. En maternelle déjà, j’avais le défaut d’être la plus petite, mais à cet âge je n’y faisait pas trop attention, ce qui m’intéressait c’était jouer et puis j’avais quand même réussie à me faire des amis.

En primaire cela a commencé à se compliquer, je suis assez rapidement devenue un bouc émissaire, pourquoi ? Je ne le sais pas trop. Mes amis étaient dans d’autres classes, je me sentais seule. J’étais dans un petit village, les petits démons qui m’embêtaient à la maternelle m’ont suivi. Mais à ce moment je ne savais pas que ça allait empirer avec l’entrée au collège. Ce fut l’apothéose, insultes, moqueries, exclusion, atteintes physique. Mon année de 5ème fut particulièrement difficile, je me suis retrouvée dans la même classe que mes démons, sans amis. J’ai failli être collée par ma prof principale car mon voisin de bureau n’arrêtait pas de se moquer de moi et à un moment je me suis plaint, et toute la classe s’est mise à rire. J’aurais voulu changer de place, mais on ne pouvait pas, je subissait donc ses brimades à chaque cours. En permanence mes gentils démons avaient eu la bonne idée de me mettre de la colle dans les cheveux. Au collège je faisais parti de la chorale, et même là les moqueries ne cessaient pas.

Une fois rentrée à la maison j’essayais de me venger de tout ce qui c’était passé à l’école, je prenais une poupée et je lui plantais des aiguilles dans le corps me prenant pour une sorcière vaudou. Ou alors je les dessinais et passais ma colère dessus. Ça ne changeait rien en soi, mais ça soulageait un peu quand même.

Au lycée cela a fini par se calmer, même si j’étais toujours exclue, les moqueries ouvertes avaient cessé, seule une rumeur a courue, vite essoufflée. Il aura fallu que je rentre à la fac pour avoir une nouvelle vie, ne plus me sentir jugée. Malheureusement, la vie active m’a rattrapée, et d’autres démons sont venus à moi.

Parfois je me demande si je n’ai pas un problème pour attirer les harceleurs comme des mouches. Ma « chance » aura été que les réseaux sociaux n’existaient pas à l’époque, je me dis que ça aurait pu être pire.

Cette expérience a changer ma personnalité, je suis devenue plus méfiante, peureuse, plus fragile. Il me faudra sans doute du temps pour me reconstruire, mais je sais que j’y arriverai.

Alors méfiez vous des petites têtes d’anges, se sont peut-être des harceleurs en puissance.

harcèlement

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *